Photo of a puppet

Cartographie de la manière dont les autocrates conservent le contrôle de l’infrastructure de l’internet

Picture of Eda Keremoglu
Guest Author | Political Scientist, University of Konstanz
Catégories:
Twitter logo
LinkedIn logo
Facebook logo
June 18, 2024

Le contrôle de l’internet est monnaie courante dans les pays autocratiques et est généralement associé à sa fermeture, à la surveillance des données numériques ou à la censure des informations en ligne.

Les gouvernements peuvent mettre en œuvre la plupart des méthodes d’ingérence étatique en collaborant avec les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Néanmoins, l’interférence est plus efficace lorsque les opérateurs historiques peuvent influencer directement les réseaux par le biais de l’infrastructure sous-jacente.

Mes collègues et moi-même de l’université de Constance, de l’université Northeastern, de l’université Northwestern, du Georgia Institute of Technology et de l’université de Californie à San Diego avons récemment étudié la topologie des réseaux dans les pays démocratiques et autocratiques. étudié la topologie des réseaux dans les pays démocratiques et autocratiques . Nous avons constaté que les gouvernements autoritaires exercent un contrôle considérable sur les infrastructures à l’intérieur du pays et à l’étranger par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) appartenant au gouvernement.

Les gouvernements autocratiques s’appuient sur les fournisseurs de services de transport en commun

Alors que la plupart des utilisateurs d’Internet connaissent les fournisseurs d’accès (FAI) qui les connectent à Internet, notre étude cartographie également l’influence de l’État sur la fourniture de services de transit.

Les fournisseurs de services de transit constituent l’épine dorsale de l’infrastructure et fonctionnent comme des nœuds centraux qui peuvent connecter plusieurs réseaux de clients à l’internet mondial. Ils peuvent être de grande taille et invisibles pour les utilisateurs ordinaires, ce qui en fait un moyen de contrôle efficace.

Au cours de notre étude, nous avons cartographié leur influence en utilisant les données du protocole Border Gateway Protocol (BGP), qui fournit des informations sur les routes réseau que le trafic peut emprunter, et nous avons évalué la présence de fournisseurs étatiques et non étatiques. Nous avons ensuite relié les informations sur l’influence des entreprises gouvernementales et privées aux informations sur le système politique d’un pays donné, en distinguant les régimes démocratiques des régimes autoritaires.

L’engagement de l’État dans la fourniture de services de transit est plus prononcé dans les pays autocratiques que dans les pays démocratiques. Cela signifie qu’une part importante du trafic traverse les réseaux gouvernementaux dans les autocraties, et que les titulaires politiques conservent un rôle plus central dans le relais des flux de données du pays vers l’internet mondial.

Dans la figure 1, nous représentons l’influence sur le transit au niveau national des fournisseurs individuels opérant dans les démocraties (à droite) et les autocraties (à gauche).

Diagramme de dispersion avec lignes moyennes montrant l'influence du transit au niveau du pays (CTI) des fournisseurs étatiques (en jaune) par rapport aux fournisseurs non étatiques (en vert) opérant au niveau national pour les pays non démocratiques (faibles valeurs de l'indice de démocratie électorale (V-Dem), à gauche) et démocratiques (à droite). Des valeurs plus élevées de l'ITC indiquent une plus grande influence.
Figure 1 – Influence du transit au niveau du pays (CTI) des fournisseurs étatiques (jaune) par rapport aux fournisseurs non étatiques (vert) opérant au niveau national pour les pays non démocratiques (faibles valeurs de l’indice de démocratie électorale (V-Dem), à gauche) et les pays démocratiques (à droite). Des valeurs plus élevées de l’ITC indiquent une plus grande influence. Voir le papier .

Le graphique montre que les fournisseurs d’État des pays plus autoritaires (en jaune) sont plus influents, comme l’indique le score d’influence du transit plus élevé. Par exemple, les fournisseurs d’accès publics au Cameroun et en Ouzbékistan sont très influents dans la fourniture de services de transit à une part substantielle des utilisateurs de leur pays. Comme les États peuvent exploiter plus d’un fournisseur, la prévalence relative de tous les réseaux gouvernementaux sur les routes Internet atteignant des fractions plus élevées d’adresses IP est substantielle.

Dans les démocraties, à l’inverse, les réseaux de clients s’appuient sur des services de transit assurés par des entreprises privées et publiques.

Alors que les fournisseurs d’accès peuvent surveiller et manipuler les données numériques, les gouvernements autocratiques et démocratiques ne présentent pas de différences significatives dans la fourniture de services d’accès à leurs citoyens respectifs.

Dans l’ensemble, l’engagement des gouvernements non démocratiques dans le secteur de l’internet en tant que fournisseurs de transit leur confère une influence considérable sur les flux de données numériques, tout en réduisant la responsabilité et le risque de réaction politique.

Graphique en boîte et moustaches montrant l'influence prédite du transit au niveau du pays (CTIn) de tous les fournisseurs nationaux étatiques (jaune) par rapport aux fournisseurs non étatiques (vert) dans les pays autocratiques.
Figure 2 – Prévision de l’influence du transit au niveau du pays (CTIn) de tous les fournisseurs nationaux étatiques (jaune) ou non étatiques (vert) dans les pays autocratiques. Voir l’article .

Coopération entre États autocratiques

De nombreux FAI proposent également leurs services à l’étranger. Alors que les services de transit offerts par les gouvernements autocratiques sont marginaux en dehors des frontières nationales, les entreprises publiques opèrent à l’échelle internationale en tant que fournisseurs d’accès. Elles exercent principalement des activités liées à l’internet dans des pays politiquement similaires, en fournissant des services d’accès importants aux ménages clients dans des autocraties étrangères.

Notre étude ne retrouve pas ce schéma pour les fournisseurs d’accès à Internet détenus démocratiquement. Cela souligne la logique politique de la coopération internationale entre États autocratiques, qui fournit aux gouvernements nationaux et étrangers des moyens de contrôle sur l’internet.

Diagramme de dispersion montrant l'espace d'adresses desservi par les fournisseurs d'accès gouvernementaux individuels en fonction du niveau de démocratie du pays fournisseur (axe des x) et du pays qui reçoit le service (axe des y), les niveaux les plus élevés indiquant des États plus démocratiques (0 = autocratique, 1 = démocratique). La taille des points jaunes représente la part de l'espace d'adressage desservie par les différents fournisseurs.
Figure 3 – Espace d’adresses desservi par des fournisseurs d’accès gouvernementaux individuels en fonction du niveau de démocratie du pays fournisseur (axe des x) et du pays qui reçoit le service (axe des y), les niveaux les plus élevés indiquant des États plus démocratiques (0 = autocratique, 1 = démocratique). La taille des points jaunes représente la part de l’espace d’adressage desservie par les différents fournisseurs. Voir le papier .

Le contrôle de l’infrastructure n’est qu’un moyen de contrôler l’internet

Dans l’ensemble, l’infrastructure réseau des autocraties est organisée de manière à offrir aux gouvernements non démocratiques nationaux et étrangers des capacités de surveillance et de manipulation des flux de données sur l’internet. Si l’infrastructure fournit des moyens de contrôle directs et efficaces, elle n’est qu’un élément du répertoire global sur lequel s’appuient les gouvernements autocratiques.

Les gouvernements autocratiques font souvent pression sur les entreprises privées qui font des affaires sous leur juridiction pour qu’elles se conforment aux réglementations gouvernementales, ce qui leur permet également d’exercer une influence sur les clients des fournisseurs non étatiques. Ces mesures sont largement critiquées pour leurs leurs qualités de fragmentation et leur impact sur la liberté de l’internet et l’accès à l’information.

Collaborateurs : Nils B. Weidmann , Alexander Gamero-Garrido , Esteban Carisimo , Alberto Dainotti , Alex C. Snoeren

Eda Keremoglu est politologue à l’université de Constance. Ses recherches portent sur les autocraties et le rôle politique de l’internet.

Les opinions exprimées par les auteurs de ce blog sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement celles de l’Internet Society.